Quelles sont les catégories de logiciels malveillants ?

Blog > Sécurité informatique > Quelles sont les catégories de logiciels malveillants ?
main sortant d'un pc avec une étiquette ou il y'a marqué "Malware"

Les logiciels malveillants, ces agents silencieux qui se cachent dans les recoins obscurs du cyberspace, sont une menace omniprésente pour vos appareils, vos données et votre sécurité en ligne.

Introduction aux catégories de logiciels malveillants

Également connus sous le nom de « malwares », ces logiciels sont des programmes informatiques conçus dans le but de causer des dommages, de voler des informations ou de perturber le fonctionnement normal des systèmes informatiques. Ils représentent une menace sérieuse pour la sécurité des utilisateurs, des entreprises et des organisations. Ces logiciels sont catégorisés en plusieurs sections selon leurs caractéristiques. Weodeo vous permet de vous préparer à leurs attaques en vous montrant les mesures de protection essentielles et comment se prévenir contre ces menaces. Que vous soyez un utilisateur individuel ou un professionnel de la sécurité, comprendre ces catégories est crucial pour maintenir votre environnement numérique sécurisé.

Qu’est-ce que le Ransomware et comment s’en protéger ?

Un ransomware est un logiciel malveillant qui utilise le chiffrement pour empêcher la victime d’accéder à ses données jusqu’à ce qu’une rançon soit payée. Les activités de l’entreprise ciblée sont totalement ou partiellement interrompues jusqu’à ce que le paiement soit effectué, sans garantie que la clé de déchiffrement sera envoyée ou que la clé fournie fonctionnera correctement. Par exemple, la Ville de Baltimore a déjà été victime d’une attaque de ransomware Robin Hood, entraînant la paralysie de toutes les activités municipales pendant plusieurs semaines, y compris la collecte des impôts, les transferts de propriété et les communications administratives. Cette attaque a couté plus de 18 millions de dollars à la ville, et ce n’est pas encore terminé. Un logiciel malveillant similaire a également été utilisé contre la ville d’Atlanta en 2018, entraînant des frais de 17 millions de dollars.

Comment fonctionnent les logiciels malveillants sans fichier ?

Un logiciel malveillant sans fichier ne procède pas à une installation initiale, mais modifie des fichiers natifs du système d’exploitation, tels que Powershell ou WMI. Etant donné que le système d’exploitation considère ces fichiers modifiés comme légitimes, les attaques sans fichier passent souvent inaperçues par les types. En raison de leur discrétion, ces attaques peuvent être jusqu’à dix fois plus efficaces que les attaques de logiciels malveillants classiques. La campagne Astaroth, par exemple consistait à l’envoi de spams avec des liens vers des fichiers de raccourci .LNK à des utilisateurs. Ceux-ci, en téléchargeant l’un de ces fichiers, active l’outil WMIC, ainsi que plusieurs autres outils Windows légitimes.

Comment détecter et prévenir les intrusions de spyware ?

Le Spyware est un type de logiciel malveillant qui collecte des informations dur l’activité de l’utilisateur à son insu. Il peut enregistrer les frappes au clavier, surveiller la navigation sur internet, accéder aux fichiers personnels et même prendre des captures d’écran. Pour détecter et prévenir les intrusions de spyware, il est essentiel d’utiliser des solutions de sécurité telles que des types et des pares-feux. Les types analysent les fichiers et les processus en cours d’exécution pour identifier les comportements suspects associés au spyware. Les pares-feux, quant à eux surveillent le Traffic réseau et bloquent les questions non autorisées. Cependant, la sensibilisation des utilisateurs aux pratiques de sécurité est tout aussi importante. Les utilisateurs doivent être informés des risques liés au téléchargement de logiciels provenant de sources non fiables, à l’ouverture de pièces jointes d’e-mails inconnus et à la navigation sur des sites Web douteux. La formation en cybersécurité permet aux utilisateurs d’acquérir les connaissances nécessaires pour reconnaître et éviter les menaces potentielles. En combinant ces mesures, nous pouvons minimiser les risques liés au spyware et protéger nos systèmes et données.

Adware : les publicités indésirables et leurs conséquences.

L’adware, ou logiciel publicitaire, est un type de logiciel malveillant qui affiche des publicités non sollicitées sur l’ordinateur de l’utilisateur. Bien qu’il soit moins dangereux que certains autres types de malwares tels que les virus ou les chevaux de Troie, l’adware peut néanmoins causer des désagréments et affecter les performances de l’ordinateur. Il génère des publicités intrusives sous forme de fenêtres contextuelles (pop-ups), de bannières ou de liens sponsorisés, perturbant ainsi l’expérience de l’utilisateur pendant sa navigation en ligne. De plus, l’affichage constant de ces publicités peut consommer des ressources systèmes (CPU, mémoire) et entraîner une baisse de performances. Certains adwares collectent également des informations sur les habitudes de navigation de l’utilisateur, ce qui pose problèmes de confidentialité. Pour éviter les conséquences de l’adware, il est recommandé d’utiliser les bloqueurs de publicités et de rester vigilant lors du téléchargement de logiciels ou d’applications. En combinant ces mesures, nous pouvons minimiser les risques liés à l’adware et protéger vos systèmes et données numériques.

L’ennemi caché dans les logiciels légitimes : qu’est- ce que le cheval de Troie ?

Le cheval de Troie, également connu sous le nom de Trojan, est un type de logiciel malveillant qui se dissimule derrière une apparence légitime pour tromper l’utilisateur. Inspiré de la célèbre histoire du cheval de Troie dans la mythologie grecque, ce Malware se cache à l’intérieur d’un programme ou d’un fichier apparemment inoffensif, mais une fois exécuté, il ouvre une porte dérobée sur l’ordinateur de la victime. Une fois installé, le cheval de Troie ouvre une porte dérobée (backdoor) sur l’ordinateur. Cela signifie que les cybercriminels peuvent accéder au système à distance, sans que l’utilisateur en soit conscient. Ils peuvent voler des informations sensibles, installer d’autres malwares ou compromettre la sécurité globale de l’ordinateur. Pour se protéger contre les chevaux de Troie, il est essentiel de suivre ces bonnes pratiques et de vous sensibiliser à la sécurité informatique : évitez de télécharger des logiciels provenant de sources non fiables et maintenez vos logiciels à jour via un audit de sécurité informatique. En combinant ces mesures, nous pouvons minimiser les risques liés aux chevaux de Troie.

Comment les infections informatiques se propagent-elles ?

Les vers sont des programmes autonomes qui se propagent sans nécessiter d’hôte exécutable. Ils explorent activement le réseau à la recherche de vulnérabilités. Ils analysent les systèmes connectés au réseau pour trouver des failles de sécurité. Ils ciblent souvent des ports ouverts, des mots de passe faibles ou des services non mis à jour. Une fois qu’un ver a identifié une vulnérabilité, il l’exploite pour accéder au système cible. Il peut s’agir d’une faille dans le système d’exploitation, une application ou un protocole réseau. Les vers sont conçus pour se répliquer rapidement. Ils peuvent infecter de nombreux systèmes en très peu de temps, ce qui les rend particulièrement dangereux. Le ver Stuxnet est un cas célèbre. Il a été spécifiquement créé pour cibler les systèmes de contrôle industriels iraniens. En exploitant des vulnérabilités, il a perturbé les centrifugeuses utilisées dans le programme nucléaire iranien, causant d’importants dégâts.

Les rootkits ou le contrôle à distance des cyberpirates

Un rootkit est un package de logiciels malveillants conçu pour permettre à un intrus d’obtenir un accès non autorisé à un ordinateur ou à un réseau. Ces programmes sont insidieux, car ils se cachent profondément dans le système d’exploitation, rendant leur détection difficile. Les cyberpirates utilisent les rootkits pour accéder à distance à votre ordinateur, le manipuler et voler des données sensibles. Lorsqu’un rootkit s’installe, le système agit comme un ordinateur zombie, et le pirate dispose alors d’un contrôle absolu à distance sur votre appareil. C’est cet aspect qui confère aux rootkits tout leur pouvoir de nuisance. Tout comme les malwares sans fichiers qui utilisent des programmes tout à fait légitimes sans laisser aucune trace, les rootkits peuvent eux aussi passer pour tout à fait légitimes. Le pirate dispose d’un accès privilégié aux fichiers système et aux processus de l’ordinateur. Les rootkits masquent d’autres types de malwares sur votre appareil, compliquant ainsi leur suppression. Ils offrent un accès à distance à votre système d’exploitation tout en échappant à la détection. Zacinlo, par exemple, est un logiciel malveillant qui peut compromettre la sécurité d’un ordinateur en permettant à un cyberpirate d’accéder à distance au système. Zacinlo se cache profondément dans le système d’exploitation, ce qui le rend difficile à détecter. Une fois installé, il peut surveiller vos activités, voler des informations personnelles et même accéder à vos transactions bancaires.

Comment protéger vos mots de passe ?

Les enregistreurs de frappe, également connus sous le nom de keyloggers, sont des logiciels malveillants qui enregistrent les frappes effectuées par un utilisateur sur le clavier. Ils peuvent capturer des informations sensibles, telles que les mots de passe. Les gestionnaires de mots de passe sont des outils qui vous aident à stocker et gérer vos mots de passe de manière sécurisée. Ils chiffrent vos informations d’identification et vous permettent d’utiliser des mots de passe forts sans avoir à les mémoriser. Assurez-vous d’utiliser un gestionnaire de mots de passe réputé et de ne pas réutiliser le même mot de passe pour plusieurs comptes. Lorsque vous utilisez des ordinateurs publics, tels que ceux dans les cybercafés ou les bibliothèques, évitez de saisir des informations sensibles comme vos mots de passe. Les keyloggers peuvent être installés discrètement sur ces machines et enregistrer tout ce que vous tapez. Les mises à jour de sécurité sont essentielles pour protéger votre ordinateur contre les menaces, y compris les keyloggers. Assurez-vous que votre système d’exploitation, vos applications et vos navigateurs sont à jour avec les derniers correctifs de sécurité. Un bon type peut détecter et bloquer les keyloggers avant qu’ils ne puissent causer des dommages. Assurez-vous d’utiliser un logiciel de sécurité réputé et de le maintenir à jour. Même si vous utilisez un gestionnaire de mots de passe, il est important de changer régulièrement vos mots de passe. Cela réduit le risque d’exposition en cas de compromission. Un réseau privé virtuel (VPN) crypte votre trafic Internet et masque votre adresse IP, ce qui rend plus difficile pour les keyloggers de suivre vos activités en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *