Qu’est-ce qu’un SOC ?

Blog > Sécurité informatique > Qu’est-ce qu’un SOC ?

Le SOC demeure de plus en plus utilisé par de nombreuses organisations. En effet, ces dernières ont une pleine confiance dans cette technologie qui doit être vue comme un complément de sécurité dans le but de détecter la moindre anomalie en matière de cyberattaques. C’est aussi une excellente façon de se protéger contre l’espionnage informatique.

Définition d’un SOC

Le Security Operations Center correspond à une installation regroupant une unité de sécurité qui aura pour mission première de surveiller en permanence le dispositif de sécurité de l’organisation. Son rôle premier est alors de détecter le moindre incident en matière de cybersécurité, d’effectuer une analyse approfondie et d’intervenir en utilisant la bonne méthodologie. En effet, lorsqu’une entreprise est victime de piratage informatique, elle peut se sentir démunie, car elle n’a pas de solution à apporter.

Le SOC est alors présent pour remédier à ce genre de situation en utilisant différents dispositifs technologiques, mais également des processus efficients pour détecter rapidement le moindre incident et le rapporter aux équipes spécifiques. Ces dernières agiront avec parcimonie par rapport à la nature de l’incident. Face à l’augmentation constante des cyberattaques, le SOC est un élément occupant une place prépondérante en matière de sécurité dans une organisation.

La gestion du SOC s’effectue par des ingénieurs et des analystes en cybersécurité, mais également par des managers afin de superviser les différentes opérations en cours. Des équipes d’interventions seront également mobilisées à la demande du personnel travaillant dans la cybersécurité.

Les SOC surveillent constamment l’activité informatique sur les serveurs, les réseaux, les terminaux, les sites Web, les applications et sur les bases de données. Des analyses convergentes sont ainsi menées pour trouver la moindre anomalie dans les activités log.

Quelle est l’importance d’un SOC ?

En fonction de la taille de l’entreprise et bien évidemment de son secteur d’activité, les équipes SOC n’ont pas le même effectif. Cependant, les responsabilités et les rôles restent assez similaires.

Tout d’abord en matière de prévention et de détection. En effet, la prévention reste une arme redoutable en matière de cybersécurité. Le SOC effectue une surveillance du réseau 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Ainsi, la moindre activité

malveillante peut être détectée par une équipe SOC qui agira rapidement pour éviter des dommages plus importants.

Ensuite, en matière d’investigation pendant la phase d’enquête. Un analyste SOC examine la nature de l’anomalie et les répercussions de celle-ci sur l’infrastructure de l’entreprise. L’analyste SOC se place du point de vue de l’attaquant en s’attardant sur les activités des opérations de l’organisation. Il se base sur des indicateurs clés et s’attarde sur les zones d’exposition pour éviter la moindre exploitation de ces dernières. Par ailleurs, un tri reste indispensable pour déterminer la nature des incidents et ses répercussions. Ce travail reste indispensable pour apporter une réponse concrète avant que l’attaque ne devienne incontrôlable.

La dernière phase correspond à la coordination de l’équipe SOC à la suite d’une enquête. Il s’agit de trouver une solution définitive pour écarter le danger. Le SOC est alors le premier intervenant en menant des actions concrètes permettant notamment l’isolement des points d’extrémité, mais également en arrêtant les processus nuisibles. Cela peut également concerner la suppression de fichiers en fonction de la nature de l’attaque. Si certaines données sont compromises ou perdues, le SOC participera la restauration du système. L’intervention peut prendre différentes formes comme la reconfiguration d’un système ou le redémarrage des terminaux. Des systèmes de sauvegardes spécifiques peuvent également être déployés pour contourner le ransomware.

Comment fonctionne un SOC ?

L’équipe SOC se charge de la phase opérationnelle concernant la sécurité des données de l’organisation. Il ne s’agit pas alors d’établir une stratégie de prévention, mais d’agir lorsque la sécurité de l’entreprise est remise en question. Pour effectuer une telle opération, l’équipe SOC se compose principalement d’analystes qui devront travailler ensemble pour détecter, analyser et signaler toutes les anomalies liées à la cybersécurité. Mais sachez que certains SOC vont encore plus loin avec des capacités supplémentaires. Cela correspond à des analyses avancées avec du reverse ingineering ou la cryptanalyse des logiciels malveillants.

Ce processus permet de détecter en amont les failles potentielles d’une organisation en obtenant par exemple des mots de passe, des clés ou simuler des attaques DDoS pour analyser les incidents.

Le déploiement d’un SOC dans une organisation répond à une série d’étapes distinctes et cruciales. Tout d’abord, il faudra définir une stratégie spécifique par rapport aux objectifs de l’organisation, tout en tenant compte des observations des dirigeants. Dans certains cas, la stratégie se concentrera sur des services sensibles ou sur les divisions ayant une quantité importante de données.

Lorsque la stratégie a été correctement définie il faudra déployer une infrastructure correspondante pour la mise en œuvre d’un SOC. Notamment le déploiement des pare-feu, des solutions spécifiques concernant la détection des brèches, des IPS/IDS et un système permettant la gestion de l’information regroupant les différents événements de sécurité.

Pour quelles raisons mettre en place un SOC ?

Le fait de disposer d’un centre des opérations de sécurité améliorera grandement la détection de toutes les cyberattaques et de n’importe quelle menace concernant la sécurité de l’organisation. Cela passe par une surveillance 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, mais également une analyse continue de l’activité des données.

Mais si de nombreuses entreprises font ce choix, c’est pour adopter une protection efficace pour éviter de voir des données sensibles être compromises. C’est également une façon d’être en parfaite conformité vis-à-vis des règles de l’industrie comme PCI DSS ou vis-à-vis des règles gouvernementales telles que SCEE GPG53.

Peu importent les raisons, la surveillance en permanence du SOC sur les bases de données, les serveurs et sur les réseaux permet aux entreprises d’avoir un avantage essentiel pour être en mesure de se défendre contre les intrusions et les incidents, et cela peu importe le type d’attaque.